Les productions

Bagnols sur Cèze


Le thème choisi : le SONGE

Travail sur les chimères

Matériel : deux micros. Lecture debout, face public

Nom de groupe : LES CHIMECROUSTI

1. Questions-Réponses

(Lors d’un travail à deux, les réponses étaient données sans lire les questions)

A lire à deux voix entrecoupées de saxophone :

–        Qu’est-ce que les régions polaires ?

–        un chinois qui danse sur du jazz.

–        Qu’est-ce qu’un arbre sans feuille?

–        un individu grossier mais élégant

–        qu’est ce qu’un mystère qui plane sur la vie?

–        un torrent de mots qui s’entrechoquent à tout vent.

–        Qu’est-ce qu’un polygone à quatre pattes ?

–        un café sans sucre.

–        Qu’est-ce qu’une matière ennuyeuse ?

–        une figure chevaline de profil à l’horizon.

–        Qu’est-ce qu’une tomate militaire?

–        Un coquelicot avec des moucherons

–        Qu’est-ce que la vengeance ?

–        un livre sur les crapauds roses.

–        Qu’est-ce qu’un attentat suicide à la date du 11 septembre?

–        Le torrent qui ravage ton coeur.

–        Qu’est-ce qu’un jeu vidéo ?

–        C’est ta vie.

–        Qu’est-ce que la reine d’Angleterre?

–        Nicolas Sarkozy aux toilettes.

–        Qu’est-ce qu’un dos d’âne?

–        Un hamster en couche culotte.

–        Qu’est-ce qu’une lampe perdue dans le noir?

–        C’est comme ta tête.

–        Qu’est-ce que ce lieu rempli de livres et d’ordinateurs ?

–        un trou sans espoir.

–        Qu’est-ce que l’ennui ?

–        un énorme pot de nutella.

–        Qu’est-ce qu’un débile?

–        Une pomme follement attachée à une tomate

–        Qu’est-ce que la connerie universelle?

–        un congélateur.

–        Qu’est-ce qu’un stylo ?

–        un kiosque démoralisant subatomique.

–        Qu’est-ce qu’un livre ?

–        un haricot magique.

–        Qu’est-ce qu’une banane à la plage ?

–        la laideur.

–        Qu’es-ce qu’une fille qui fait les soldes ?

–        ta batterie rose.

–        Qu’est-ce qu’un ascenseur en panne?

–        Un cauchemar ennuyeux.

–        Qu’est-ce qu’un singe qui mange une banane en sautant sur un trampoline?

–        Une courgette avide de chocolat

–        qu’est-ce que tu es?

–        Une pomme de terre qui ressemble à un chimpanzé plein d’acné

–        qu’est-ce qu’un homme bizarre?

–        Un calamar rose poilu amoureux d’une chauve-souris

–        Qu’est-ce qu’un prof d’histoire nul ?

–        ta vie.

–        Qu’est-ce qu’une folle en liberté dans un collège ?

–        toi en fait.

–        Qu’est-ce qu’un ovni ?

–        ce qui ne te regarde pas.

Même principe :


–        Si j’étais une maison

–        tu serais une étagère

–        Si j’étais un singe

–        tu serais privé de dessert

–        si j’étais une star

–        tu serais la capitale de l’Inde

–        si j’étais une princesse

–        tu serais une fleur qui sort le soir

–        si j’étais une fille

–        tu serais cruelle

–        si j’étais un intellectuelle

–        tu serais un gros délire

–        si j’étais toi

–        tu serais fou

–        si j’étais une batte de base-ball

–        tu serais anormale

–        si j’étais moi

–        tu serais américain

–        si j’étais une bombe atomique

–        tu serais énervée

–        si j’étais un poulet

–        tu serais un homme

–        si j’étais un monument à Sydney

–        tu serais l’avenir

–        si j’étais une science

–        tu serais le feu d’artifice d’Harbour Bridge

–        si j’étais un point sur un tableau aborigène

–        tu serais les sept merveilles du monde

–        si j’étais un livre

–        tu serais un personne imbécile mais pourtant admirable

–        si j’étais ta vie

–        tu serais un arbre avec des teintes rougeoyantes

–        si j’étais Dieu

–        tu serais un haut-parleur

–        si j’étais un croustillant

–        tu serais une râpe à gruyère

Cadavres Exquis :

(on se passe une feuille, chacun écrit un mot et plie pour cacher à l’autre ce qu’il vient d’écrire)

–        La banane milkassante triche dans une étrange rue

–        La prof sympathique tricote avec sa commande viseur holographique anglaisement

–        La perle à pois rouges chantait avec sa barbe bleue

–        La grenouille florissante beuglait avec sa banane magnifique


Samples littéraires :

(on attrape des mots au hasard en feuilletant un livre, on essaye de garder le rythme d’une lecture ordinaire)

–        Ils finirent par s’endormir dans leur fiole de diamants.

–        Les parfums les plus frais étaient du même avis que les hérissons.

–        Le silence exceptionnel d’exercice ne prend passionnée que les songes de poussière

–        Une vie refusa la capitale et le mouvement.

–        Jamais la parole, la forêt ignorée tirèrent sur les rêves.

–        Plaques de verre sombres sous ses yeux certitudes.

–        Cette inquiétude meilleure que tout, je la souhaite écarlate, je la jette, déambule, je suis vide, parfaitement.

Assemblage

Chacun choisi cinq mots, on les partage, on les assemble, on coupe, on déplace, on fait des phrases :

–        Le coq philosophique déchargea la lavande sur l’hortification naturelle. A l’horizon idiot une horde de phoques roulés au Nutella tanguent au son d’un deedjeridoo irréprochable.

–        L’olive jumelle et – surprise ! Maître victoire jouent dans le jardin mandarine avec la juste vérité des crêpes. Foutaises !

ici quand l’aube attend, nous tombons comme des gants et la perle acrostiche gargarise ta           pensée.


Travail musical

(ce qu’ils imaginent quand je joue du saxo :

Une seule indication : nous sommes au bord de l’eau)

Lzuk :

–        On est là, assis au bord d’un torrent, il n’y a pas d’ornithorynque mais seulement des huitres. Je pourrai, je pourrai les pêcher, les pêcher toutes, avec des vers, avec des moules sous la pluie. Ne jamais rentrer le panier vide mais toujours plein, plein, plein ! Ne pas être triste mais joyeux et plein de vie, de rire, de joie. Mais là, il n’y a rien, je n’ai même pas pris ma râpe à gruyère, je ne pêche rien.

Sarah Conte :

–        Un poisson rouge dansait avec une jolie carpe. Je parlais le japonais, toi aussi. Le poisson chante en japonais mais il va se cacher, la dorade le cherche. Allez, chante avec moi, espèce de poisson rouge visqueux ! Mais tu pues la grenouille. Regarde, elle a pondu ses oeufs !

Maoui :

–        Je suis crevé, j’ai envie de m’allonger, peut-être pas, quelle dûre dûre journée, je déprime, il fait froid, je ne sens plus mes doigts.

Axel Price :

–        il y a des oiseaux qui ne demandent qu’à chanter mais d’autres qu’à se coucher. Il y a aussi des myrtilles qui s’entortillent autour des racines pour s’amuser à te faire bouger la tête. Au loin une cornemuse retentit avec des gens qui s’amusent, quand tout à coup, tout s’arrête et on entend venir le danger au loin. Mais quel est ce danger ? Les animaux, on ne les voient plus.

Nane Canard :

–        Je vois l’eau qui coule

les montagnes sont belles

cache toi dans un arbre

figaro figaro figaro, figaroooooo

une écharpe bleue avec du café

la vengeresse est de retour

lustig c’est cool

j’aime quand ça croustille

Buguine :

Petits garçons

espèce de petits cons

Allons-y

Tous en train

Matelot

Petit poulet

Oh yo yo yo yo !!! (cri de tarzan)


Vango C :

–        L’eau est là

avec un bruissement régulier

branche

elle coule

le long d’un torrent

en sautant doucement

elle achève sa course

dans le fleuve

mêlée aux remous infinis

il y a de l’eau comme on n’en a jamais vu

elle court de tous les côtés

au fond de l’eau

la branche est là

elle court jusqu’à la mer

Anonyme :

–        Que c’est cool le jazz

l’Afrique du nord c’est génial

la vie est très très bizarre

nous devons tous mourir

toute ma vie, je pense à cette chose

toutes les nuits je veux que ça cesse

tada, tadadita, tadidadida

je n’ai pas de coeur

Fiction

Dans la peau d’un autre :

Gaspar Nova :

Je suis là, paralysé de peur face à l’inconnu. Je n’arrive plus à bouger. Tout devient trouble. Je ne peux pas faire un seul mouvement. Je me force à avancer sans regarder derrière moi le paysage familier de mon enfance. Un homme m’accoste.

-c’est quoi ton nom?

-Kenny.

-Ok, Kenny, aide-moi, je suis blessé. Transporte moi à ton appartement.

Cette fois, je n’ai plus le choix, je dois avancer dans la pénombre pour de bon.

Anonyme ;

Je me réveille dans mon lit en pensant à mon amoureux. Je saute dans la douche et je me lave tranquillement, quand tout à coup, ma mère toque à la porte. Je fais un bond d’un mètre avant de demander ce qu’elle me veut. Ma douche finie, je m’habille, me pomponne et vais déjeuner. A 08h15, je pars sur le chemin du bus…

Sarah Conte :

Je suis un écolier particulier. Je ne suis pas très apprécié par mes camarades, mais je m’y habitue et j’essaye de me rapprocher d’eux. J’adore le sport et jouer. J’habite au centre-ville, avec ma famille, dans un grand mas. Mon père est le président de la république et ma mère est avocate. Mon frère et ma soeur sont mes meilleurs amis. J’ai beaucoup d’animaux. Je vais tous les jours au zoo, maintenant j’arrive très bien à communiquer avec les lions, les ours et les singes. C’est pour ça que mes amis me trouvent bizarre. Le soir en rentrant de l’école, je vais les voir, mais aujourd’hui, j’étais énervé, alors c’est mon ours qui est venu me voir pour me parler.

Vango :

–        J’arrive.

–        Allez, Jacqueline, tu grouilles !

Je me présente, je m’appelle Jacqueline, j’ai 11 ans et c’est mon frère qui m’appelle.

–        oui, j’arrive, on mange quoi ?

–        Du pain noir et un bouillon de glands.

–        Aah, allez, allons à table.

Une fois à table :

–        Le gars du château nous a pris notre récolte, dit la mère.

–        Quand serons-nous assez riches pour racheter notre liberté ?

–        Je ne sais pas. Peut-être jamais, mais on peut toujours rêver.


Axel Price :

Je sors en boîte tous les samedis en ramassant toujours une belle proie. Des fois, il m’arrive de ne pas sortir mais c’est que je suis malade. La seule chose qui me dérange, c’est qu’un jour, il faudra en choisir un pour le reste de cette vie aigrie par le travail et la société. De tous, il y en a un qui me plaît : c’est le fils du boulanger. Il fait du rugby et est plutôt mignon avec ses yeux au beurre noir. Mais de toute façon, j’ai le temps de choisir encore parce que je n’ai que 8 ans et que tout ça, ce sera pour plus tard, enfin, à part le fils du boulanger.

Lzuk :

Je me trouvais là dans cette grande pièce remplie de livres, d’ordis et de tables avec bien sûr quelques chaises. J’étais là sur un fauteuil au fond en train de lire le donjon de Nabeuldek. D’autres personnes commençaient à arriver, mais comme d’habitude, personne ne me remarquait. Et puis le jour où j’ai pris la Rose écarlate, tout le monde m’a vue. Les filles m’ont dit que c’était génial et les garçons se sont moqués de moi, pourquoi ? Ben oui, c’est vrai, pourquoi un garçon ne pourrait pas lire une BD de fille et l’inverse ? Pourquoi cette différence ? Les inégalités hommes-femmes me révulsent.

Maoui :

Je suis dans les couloirs de l’école et j’ai une soudaine envie d’aller aux toilettes. Je descends et je croise la cpe, je me cache dans la poubelle mais les éboueurs arrivent et m’emportent. Finalement, je meurs et me retrouve transformé en cube de déchets.

Nane Canard :

Je m’appelle Thomas et j’adore les corn-flakes. J’aime beaucoup faire l’andouille. Si j’avais été un chien, je courrais comme une fou la langue pendante. J’aimerais parler chinois pour parler aux anglais. J’aimerais aussi prendre un rideau et faire Batman. Si seulement j’étais invincible.

B.J :

Je tapais le vieil ordinateur en face de moi. Dehors, déjà, il faisait nuit. L’ordinateur se ralluma, enfin. J’allumai mon jeu Call of Duty. Si seulement, j’avais le courage de me lever de ma chaise, j’irais bien me chercher un truc à grignoter.

Jasse Léa :

Mes copains sont venus me chercher pour jouer au foot. Puis, on est allé chercher nos vélos et on a commencé à faire des cascades la casquette en arrière. On est rentré chez un ami et on a fait de tournois de foot sur fifa. On criait, on chahutait, tout en buvant des rafraîchissements.

Beaucaire

Faire une bande dessinée, c’est d’abord avoir envie de raconter une histoire. Au départ d’une idée, il n’y a pas d’un côté l’écrit et de l’autre le dessin, il y a un récit qui s’écrit et se dessine simultanément, dans un même élan. L’atelier de bande dessinée que je propose est en prise directe avec mon expérience d’auteur, mes questionnements actuels sur cette pratique, mais  aussi avec  le souvenir ancien, enfant, d’une écriture spontanée d’avant l’écriture des mots. Je propose une consigne aux enfants – proposition  formelle plutôt que thématique –  pour les lancer dans un récit. Sur un support ou j’ai préalablement installé une « mise en case », chaque enfant enclenche son  écriture dessinée. Chacun vit ainsi une expérience de création personnelle et, en fin de séance, la présentation des planches produites met en valeur la diversité des réponses. C’est par l’immersion directe dans l’écriture dessinée que l’enfant résout, en fonction de ses nécessités et avec mon aide, les problèmes techniques inhérents à la bande dessinée.

Corcal

Atelier Aramon

C’est naturel, c’est bien naturel !

Aujourd’hui  je suis malade, j’ai la fièvre, c’est naturel

Le petit chemin qui sort de la route, c’est naturel, c’est bien naturel

Les fleurs des amandiers, c’est naturel

J’aime le naturel des arbres

Les plantes, c’est pas du plastique, c’est naturel, tout à fait naturel

Manger des carottes, c’est naturel

Le piment qui pique, le piment sucré, c’est naturel, c’est bien naturel

La plage et les dattiers, c’est naturel

La neige dans le désert, ce n’est pas naturel, pas naturel du tout,

Les petits oiseaux qui chantent, c’est naturel

Une fourmi qui vole, c’est naturel, c’est bien naturel


Halima, Dhaouia, Kadija, Khaddouja, Malika, Mimouna, Alia, Fatna, Hayet, Kenza

Les 10 mots en question

Est-ce que je peux vous raconter une histoire ?

Est-ce que je peux vous confier mon enfant ?

Est-ce que je peux te confier un secret ?

Est-ce que vous venez chez moi ?

Quand songez-vous à partir en vacances ?

Est-ce que tu viens en voiture ou en train ?

Pourquoi tu prends les transports ?

Est-ce que vous pouvez transporter des fruits ?

Est-ce que vous penchez la tête à droite ?

Pourquoi tu es toujours naturel ?

Pourquoi vous êtes naturel ?

Est-ce que tu as une âme ?

Est-ce que tu as l’âme naturelle ?

Quand fais-tu les gâteaux ?

A quoi est-ce que tu as rêvé ?

Est-ce que votre histoire est difficile ?

Quand est-ce que vous songez ?

Malika, Alia, Kaddija, Dhaouia, Galéa, Ana, Fatna, Halima, Khaddouja, Hayet

Je vois

Les fleurs rouges, les coquelicots, il est très beau, les tulipes, les joints de la maison et les grandes fenêtres avec la grande terrasse derrière le mur, les cerises vertes, les figues vertes, le chien noir, c’est joli

L’arabe regarde les arbres tout fleuris

Je vois le petit chat, l’herbe haute, les cabanes dans le jardin, la montagne, le chien et les poules, la route, l’école, la formatrice

Je vois la menthe derrière le grillage, le chien derrière le grillage, les framboises derrière le grillage et les pivoines roses, je vois mon mari, des camions et des usines, un nuage qui bouge, une mouche, une marguerite, un oiseau sur le fil électrique

Je sens

Les feuilles du figuier, les fleurs rouges et blanches, le laurier, l’odeur du bois coupé, l’herbe, Je sens l’odeur de l’eau, du printemps, du pollen, je sens l’odeur du soleil

J’entends

Les voitures

J’entends le chien aboyer, les oiseaux chanter, j’entends parler les amies, j’entends la poule, les pas des filles dans l’herbe, les enfants de l’école, le train

J’entends le silence, j’entends le coq, j’entends un hibou

Je touche

La folle-avoine, les fleurs de pivoine, le tronc d’arbre rugueux, le mur rêche

Je touche le laurier qui est doux, le cheval roux, le pétale de fleur, le foin, la porte, les murs

Je goûte

Les fleurs d’acacia, c’est sucré, les prunes acides, le laurier, les amandes, le coquelicot, le fenouil, les abricots verts, le chardon, je goûte la menthe.

Ahnia, Halima, Khadija, Malika, Khaddouja, Alia, Ana, Kenza, Fatna


Les commentaires sont fermés.